Exposition – Jean-Michel Folon

Du 30/09/2020 au 30/11/2020
Vernissage
Le jeudi 22 octobre 2020 de 18h30 à 21h00
Lieu de l'exposition
Galerie Bartoux Monaco - 13 Avenue des Spélugues - 98000 Principauté de Monaco
Heure de début du vernissage
18h30


Catalogue en ligneVisite de la galerie virtuelle
Encore quelques jours !
J-30

>> RÉSERVER UNE VISITE PRIVÉE DE LA GALERIE

 

« Je me souviens » 15 ans déjà…

La Galerie Bartoux Monaco est fière et heureuse de pouvoir présenter au public, à l’occasion du 15éme anniversaire de la disparition du Maître Jean-Michel Folon, une merveilleuse collection de treize de sculptures originales en bronze.

À cette occasion, la Galerie Bartoux Monaco a tenu à réaffirmer son soutien à la Fondation Prince Albert II de Monaco en offrant une œuvre majeure qui sera vendue aux enchères au profit des actions de la Fondation.

Une démarche qu’aurait appréciée Jean-Michel Folon qui aimait tant Monaco, la Mer et la Nature.

 

En 1975, les téléspectateurs français découvrent le nouveau générique de la chaîne nationale Antenne 2. Sur une musique de Michel Colombier, un jeune créateur belge, Jean-Michel Folon, fait s’envoler les dessins d’hommes coiffés de chapeaux. L’artiste, qui expose déjà aux USA et au Japon devient célèbre auprès du public français.

Né à Uccle en 1934, Jean-Michel Folon a construit très tôt son vocabulaire graphique. Un vocabulaire très cohérent, qu’il a réutilisé tout au long de sa carrière. Il disait qu’il avait juste essayé de fixer ses rêves, en espérant que les autres puissent y accrocher les leurs. Il travaille le dessin dans un premier temps avant de découvrir l’aquarelle, technique qui lui permet d’exprimer au mieux son invitation au rêve ; Jean-Michel Folon disait souvent qu’il « mettait ses rêves en aquarelle ».

Folon devient un peintre, un dessinateur et un illustrateur célèbre dans le monde entier. Son univers peuplé d’hommes au chapeau et à l’imperméable, anti-héros par excellence, mais aussi d’oiseaux qui s’envolent, ou de bateaux toutes voiles déployées sur l’horizon, lui assure une gloire mondiale. L’histoire retiendra qu’il aurait même dessiné le tout premier logo d’une jeune entreprise, Macintosh.

Au début des années 1980, le Prince Rainier III de Monaco propose à l’artiste un atelier dans la Principauté. C’est le début d’une nouvelle aventure. Pendant plus de 20 ans, Folon séjourne régulièrement à Monaco, il y décédera le 20 octobre 2005.

C’est aussi à Monaco que, sur les conseils de son ami le sculpteur César qui lui présente son fondeur, Jean-Michel Folon se met à travailler la sculpture, commence alors « la deuxième mi-temps de sa vie » comme il aimait à le dire. Passionné par sa nouvelle vocation de sculpteur, encouragé par ses proches et amis, au nombre desquels, S.A.S le Prince Rainier III, sculpteur de talent lui-même, Jean-Michel Folon réalise la part de son œuvre probablement la plus intéressante.

Ce qui, dans l’Univers de Folon, pouvait passer pour un peu «gentil», et parfois trop « doux et tendre » devient, confronté à la dure réalité physique et spatiale du Bronze, l’incarnation même de ce rêve que l’artiste voulait mettre en avant.