VIZZINI ANDREA

Isabella D'Este - VIZZINI ANDREA - Galeries Bartoux
Venus - VIZZINI ANDREA - Galeries Bartoux
Apollo - VIZZINI ANDREA - Galeries Bartoux

Biographie

Andrea Vizzini est né le 5 février 1949 à Grotte en Italie, c’est un artiste peintre et sculpteur. Il était un érudit des techniques de la photographie à l’art informatique, et a été parmi les initiateurs du mouvement qui, dans les années soixante et soixante-dix – avant la Trans-avant-garde -, a été orienté vers un retour à la peinture, en même temps que les courants conceptuels.

Ses débuts sont caractérisés par une peinture conceptuelle, utilisation de la figuration dans des contextes étranges et diversifiés, contribuant les exposants du noyau historique de nouvelles figures des années 1970 à l’affirmation du mouvement. Dans ses toiles, il reconstruit la vision du mythe, de l’histoire de l’art et de la littérature avec un regard visionnaire. L’histoire de l’art et son iconographie a été l’élément central de sa quête, un « Ante Litteram » prêcheur de la citoyenneté, et n’a pas adhéré au mouvement promulgué par Maurizio Calvesi et Enrico Crispolti à poursuivre la voie hors des régimes définitifs et des regroupements.

Les œuvres des « Intérieurs Théoriques » 1980, « Lieux d’éternité » 1986, « Aniconico Iconic » 1994, caractérisées par un système symbolique, ont manifesté une vision du monde comme une dichotomie de deux principes opposés. Après avoir utilisé des acryliques et des collages, il a expérimenté avec plusieurs matériaux, y compris la terre, le fer et la lumière, embrassant dans le même temps une forme presque caravagesque de la lumière, qui lui a permis des effets d’espace en profondeur et l’utilisation d’une architecture très personnelle. En 1998, il expose dans la zone enchanteresse de Pescheria Vecchia d’Este, de la ville de Padoue, le travail du cycle « Corps à corps ». Il a intégré ce langage artistique à travers la production de sculpture et décoration dans des lieux publics, certaines œuvres sont dans la Collection Farnesina.

En 2008, aux Jeux Olympiques de Pékin, il a exposé à la Biennale de Pékin, une œuvre a même été acquise par la Galerie nationale des beaux-arts. En 2011, au Musée Castel Nuovo-Maschio Angioino de Naples, il présente une exposition personnelle. Pour la première fois, le dialogue entre la peinture et la sculpture devient plus étanche et interactif : les formes essentielles et chromatiques sont présentes à l’intérieur de l’exposition, transformant la salle en un reflet spéculaire de la représentation picturale.

En 2017, dix ans après la mort de U.G.Krisnamurti, il commence une recherche de « non-dualité » ou « réalité naturelle ». Il traite une quantité innombrable de travaux sur ces réflexions, jusqu’à ce qu’il réalise que rien n’est réalité, que tout est vrai et que, par conséquent, ce n’est pas une illusion. Il définit ensuite « La fin de l’art » qui devient le titre d’une exposition qu’il a développé à la Galerie Ravagnan à Venise en juillet 2017 pendant la 57ème Venise Biennale et la grande exposition de Damien Hirst « Trésors de l’épave de l’Incroyable » à Palazzo Grassi et Punta della Dogana.

Plus d'info sur cet artiste ?

* Champs obligatoires