philippe-pasqua

PHILIPPE PASQUA

Oeuvres disponibles – PHILIPPE PASQUA


Biographie – PHILIPPE PASQUA


Philippe Pasqua s’est imposé au fil d’un itinéraire hors-norme comme l’un des artistes majeurs de sa génération. Dès le départ, son art impressionne et bouscule les certitudes de celles et ceux qui le côtoient, tel le grand critique Pierre Restany. Chez Pasqua, le goût du monumental va de pair avec une attirance pour ce qu’il y a de plus vulnérable : les corps et les visages. Avec parfois ces différences stigmatisantes que l’artiste, au travers de sa peinture, reprend à son compte et magnifie : portraits de transsexuels, de trisomiques ou d’aveugles… Handicaps, différences, obscénité ou sacré : chaque toile est le fruit d’une lutte, d’une tension entre ce qui est montrable et « toléré » et ce qui est socialement refoulé ou occulté. La peinture de Pasqua, on la reçoit comme un choc physique mais aussi comme une vision à la fois explosive et incisive. L’amplitude des gestes de l’artiste — une danse où alternent brutalité et finesse, transe et lucidité —, commande le format monumental de ses toiles. Il débute en peignant des sortes de fétiches ou d’énigmatiques silhouettes évoquant le vaudou. Puis, peu à peu, son regard se tourne vers celles et ceux qui l’entourent. Il s’immisce dans les plis et replis de l’intimité des êtres ; va jusqu’au tréfonds de leur être. En contrepoint à ce travail charnel, il y a ses grands dessins. Le visage ou le corps y devient halo, brume, fumée, trait, vibration. Il ne s’agit plus tant de chair et de matière que de contours esquissés et de textures délicates. Il y a aussi les « palimpsestes » ; des œuvres sur papier mêlant techniques sérigraphiques, impressions et peinture, où le peintre revient sur ses propres travaux en les maculant de couleurs ou en les redessinant. Un autre aspect majeur du travail de Pasqua réside dans sa série des « vanités ». La technique employée évoque autant celle des orfèvres du moyen-âge œuvrant à un reliquaire que quelque rituel chamanique. Il recouvre des crânes humains de feuilles d’or ou d’argent. Il peut aussi les gainer de peaux qui sont ensuite tatouées. Vient enfin l’étape délicate où les crânes sont ornés de papillons naturalisés. Ailes déployées aux couleurs iridescentes : la lumière se diffracte à leurs surfaces en un poudroiement coloré ou bien s’abîme dans l’ombre profonde au creux des orbites. Il arrive aussi qu’il fasse couler de la peinture liquide en un flot épais qui vient tout recouvrir et submerger. Depuis quelques années, l’artiste se rend aussi souvent à Carrare où il sculpte des crânes de plusieurs tonnes qui sont comme des astres massifs rayonnant de force tellurique. À la fonderie, il réalise d’imposantes fontes de bronze qui sont ensuite plongés dans des bains de chrome. Les crânes qui en sortent — humain ou animal, comme celui de l’hippopotame — deviennent semblables à des miroirs : tantôt on ne perçoit que leur aveuglant éclat, tantôt ils disparaissent au profit de ce qu’ils reflètent. Et dès que l’on s’en approche, immanquablement c’est notre propre image qu’on aperçoit.
galeries bartoux galerie d art paris londres new-york singapour

Siège social

Galeries BARTOUX
26 avenue des Champs-Élysées 75008 Paris

Suivez-nous

           logo instagram galeries bartoux     logo youtube galeries bartoux

Siège administratif : Galeries Bartoux, rue Jean Lepeudry, 14600 Honfleur – contact@galeries-bartoux.com